Votre radio, vos accents

NOUVELLES

Nord de l’Alberta, la consommation d’opiacés enregistre le double de décès depuis la pandémie
Un thermomètre posé au milieu de pilules de toutes les couleurs.

La crise de la Covid-19 a accéléré dangereusement un autre genre de crise tristement connue en Alberta, celle des opiacés, notamment à Grande Prairie. 

Le trafic de stupéfiants n’est pas nouveau, mais depuis le début de la COVID-19 c’est une hécatombe. Lindsay Loset, responsable du programme sexually transmitted and blood-borne infection (STBBI), au centre de santé communautaire, le Northreach Society de Grande-Prairie fait le point en chiffres sur la situation. Elle n’est pas la seule, Tyla Savard, membre d’un groupe de travail sur les opiacés et présidente du sous-comité d’éducation et de sensibilisation partage aussi son expertise et son expérience de maman, à ce sujet.

La journaliste IJL Hélène Lequitte s’est entretenue avec des acteurs phares de la ville de Grande Prairie sur les ravages qu’engendre entre autres le fentanyl.